Prendre du temps pour soi

Si il y a bien quelque chose que l’on me répète souvent, c’est qu’il est nécessaire que j’apprenne à lâcher prise. Il paraît que je veux trop faire, trop gérer.

Ce n’est pas faux : je suis un peu perfectionniste sur les bords et je ressens constamment le besoin de faire plus, de me dépasser. A côté de ça, je suis jeune. J’aime faire la fête le samedi soir et passer le plus de temps possible avec mes amis.

Il y a quinze jours, j’ai commencé à lever le pied. Ralentir tant sur le travail que sur les sorties alors même que j’étais en vacances pour la semaine. Je sentais bien que mon corps disait stop, je l’ai écouté – peut-être pas assez – et déjà mes amis commençaient à s’inquiéter : serais-je déprimée ? Et, Mardi : les urgences. A partir de ce moment là,  lâcher prise n’était plus seulement une nécessité mais une obligation. Je ne peux pas travailler, je ne peux pas non plus prendre le volant pour voir mes amis, et quand bien même je le pourrais je ne serais pas en état d’apprécier le moment.

Sauf que… Autant on me dit et me répète qu’il faut que je travaille moins, autant le fait que je passe une semaine sans voir mes amis semble impossible à imaginer pour certains d’entre eux. Ils insistent pour me dire qu’ils sont prêts à faire le trajet jusqu’à chez moi pour me tenir compagnie et partager un repas. Ils me disent qu’ils peuvent passer me chercher et m’emmener chez telle ou telle personne. Je refuse toutes invitations et ça finit par en devenir stressant : pourquoi ne me comprennent-ils pas ? En plus, ils me le disent : je les inquiète.

Chers amis,

Ce n’est pas pas parce que je suis complètement déprimée, roulée en boule au fond de mon lit, que je refuse vos invitations. Cela ne veut pas dire que je suis à l’agonie. Evidemment, cela ne veut pas dire non plus que je ne vous aime plus.

Non tout simplement, je prends du temps pour moi. Je n’ai pas envie d’être angoissée à l’idée de ne pas paraître sous mon plus beau jour. Je n’ai pas envie de me forcer à parler tandis que j’ai mal à la tête. Je n’ai pas envie de rester assise alors que je serais mieux couchée et encore moins que vous restiez à mon chevet. Je voudrais juste passer le temps qu’il faudra sous la couette avec du thé et une bouillotte pour pouvoir revenir ensuite en pleine forme. Je crois que c’est aussi ça le lâcher prise !

Je vous aime fort,

Votre Constellation.

Prendre du temps pour soi, ce n’est pas quelque chose de grave. Parfois c’est même nécessaire. Je ne vis pas mal le fait de passer ma journée dans ma chambre et je ne me coupe pas du monde pour autant puisque je suis tout à fait disponible par écrit dès-lors que je ne suis pas en train de dormir. D’ailleurs quand bien même je ne répondrais pas aux messages, ce ne serait pas non plus un drame. Je me repose c’est tout !

Tu ne crois pas que tu devrais prendre le temps de te reposer de temps en temps toi aussi ? Je ne pense pas que la situation dans laquelle je me trouve actuellement soit « réservée » aux personnes malades. On peut tous ressentir le besoin de se ressourcer à un moment ou à un autre.

La prochaine fois, il faudra juste que j’accepte de lever le pied avant de trébucher. Quand on tombe à force d’avoir couru on perd sans doute plus de temps que si l’on avait marché tranquillement…

Publicités

Une réflexion sur “Prendre du temps pour soi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s